Sylvie Bancilhon – La Table de Cana – Quand restauration rime avec innovation

La Table de Cana est née à Marseille en 1992. C’est aujourd’hui la plus grande entreprise d’insertion dans le domaine de la restauration (traiteur – organisateur de réception & restauration collective) en PACA. L’entreprise propose un emploi adapté et à durée déterminée à des personnes éloignées de l’emploi autour de deux activités support d’insertion et génératrices de revenus : l’activité traiteur organisateur de réception et la restauration collective.

La Table de Cana est une entreprise multiculturelle où les fragilités de chacun font la force de l’entreprise, qui développe dans son management la fierté d’appartenance, la solidarité, persuadée que le bien-être et l’efficience économique sont indissociables.

Une équipe de 15 professionnels encadrants accompagne et qualifie les 25 salariés en parcours d’insertion (représentant 50 personnes par an) sur une dizaine de métiers de bouche et de la logistique (cuisiniers, pâtissiers, magasiniers, plongeurs, chauffeurs, etc…) chaque année.

L’entreprise réalise un chiffre d’affaires annuel d’environ 1.9 M d’€, et la part des subventions dans ses revenus représente seulement 15 %.

L’interview de Sylvie Bancilhon, directrice de la Table de Cana Marseille

Comment êtes-vous devenue entrepreneur social ?

J’ai fait des études supérieures dans une école de commerce où j’ai appris le contrôle de gestion.

A l’époque deux centres d’intérêt m’animaient déjà, le besoin de comprendre les rouages de l’entreprise et celui d’être un support pour la direction et les opérationnels. Ce que j’ai concrétisé au travers de mes 2 premiers postes dans des grandes entreprises parisiennes.

Quelques mois après mon arrivée à Marseille en juin 2001, j’ai intégré un nouveau poste de contrôleur de gestion et faute d’intérêt pour ce poste, petit à petit j’ai perdu le sens de ce que je faisais. C’est à ce moment-là que j’ai rencontré « par hasard » la fondatrice de la Table de Cana Marseille. Quelques mois plus tard (fin 2004), alors qu’elle prépare son départ en pré-retraite progressive, elle me propose le poste de directrice administrative et financière de l’entreprise. Un vrai challenge pour moi qui n’avais aucune expérience ni dans l’insertion, ni dans la restauration ni même sur un poste de direction. Suicidaire ? Pas tant que cela car 3 ans plus tard, je suis devenue directrice générale de la structure.

Pouvez-vous me parler du projet des étoiles et des femmes ?

Le projet « Des Etoiles et des Femmes » a vu le jour sous l’impulsion de Marseille Solutions qui, inspiré par l’initiative parisienne d’Alain Ducasse « Femmes en Avenir », souhaitait la mettre en place localement. Ce projet allie formation qualifiante (obtention du CAP), accompagnement adapté et expérience avec des chefs étoilés. Une formation d’excellence, socialement innovante sur plusieurs plans : elle donne accès à des femmes de quartiers prioritaires à un établissement scolaire de haut niveau ; la formation pratique se déroule dans les cuisines d’établissements étoilés ; le processus de sélection est uniquement basé sur la motivation des candidates, et enfin l’accompagnement est renforcé tout au long de la formation.

La 1ère promotion s’est achevée en juin 2016 avec un taux de réussite à l’examen de plus de 90 %. Au cours de l’été qui a suivi, 75 % des femmes étaient en emploi, et celles qui ne le sont pas, sont dans une démarche de création d’entreprise. La réussite de cette 1ère session nous a convaincu du bien-fondé de la poursuite de ce projet. Aussi, en septembre 2016 la 2ème promotion Marseillaise commencera sa formation, et la Table de Cana Montpellier lancera sa propre promotion !

Nous travaillons actuellement sur la modélisation de cette formation, de façon à répliquer le projet dans les conditions qui en ont fait le succès à Marseille.

Quel(s) conseil(s) donneriez-vous à un futur entrepreneur social ?

Le 1er conseil est d’écouter votre petite voix intérieure, pour ressentir si vous vibrez pour votre projet, parce que c’est cette énergie-là qui vous portera et qui vous donnera la force de continuer et surmonter les obstacles. Le 2nd serait de ne pas rester seul, de bien s’entourer. A la fois avec des collaborateurs qui partagent votre enthousiasme mais aussi avec vos pairs qui vivent ou ont vécu les mêmes étapes que vous. Le soutien de personnes qui peuvent se mettre réellement à votre place, car ils sont eux même entrepreneurs sociaux, est très précieux.

Pourquoi avoir adhéré au Mouves ?

Pour la raison évoquée ci-dessus : rencontrer ses pairs et partager sur des sujets techniques, mais également sur le supplément d’âme que nous souhaitons insuffler dans nos projets. Les entrepreneurs adhérents du Mouves ont tous une dimension humaine intégrée dans leur activité. Nous sommes régulièrement amenés à faire des arbitrages qui intègrent la dimension sociale et / ou environnementale, et c’est plus facile à partager avec des entrepreneurs qui n’ont pas une vision uniquement « business » de leur activité.

 

 

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Adhérez au Mouves

Contactez-nous

Merci de nous envoyer un message. Nous vous répondrons dans les meilleurs délais.

En cours d’envoi

©2017 Le Mouves | Espace presse | Mentions légales | Contact  | Propulsé par Suite Communication

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?