Sylvain Lepainteur – fondateur de la Conciergerie solidaire – une entreprise sociale qui facilite le quotidien des salariés

La Conciergerie Solidaire est à la fois une conciergerie d’entreprise qui a pour vocation de favoriser le bien être des salariés dans les entreprises soucieuses de leur RSE, et une conciergerie de quartier, qui répond aux besoins des habitants.

La conciergerie propose aux abonnés différents services : repasser leur linge, régler leurs contraintes administratives, amener leur voiture au garage pour contrôle technique ou réparation… ces services facilitent d’une part la vie des abonnés qui peuvent dégager du temps pour leur famille et les loisirs et, d’autre part, la vie des salariés etc. Mais la Conciergerie Solidaire va encore plus loin : les concierges sont salariés en insertion et des animations sont proposées pour recréer du lien social. Par exemple, La Conciergerie Solidaire propose aux salariés des salons bien-être mais également des ateliers créatifs et toutes sortes de collectes, (vêtements, jouets, bouchons…) reversées à différentes associations telles que Agir Cancer Gironde, Action Froid… L’organisation de ces dernières contribue à sensibiliser les abonnés à différents enjeux sociaux et environnementaux.

L’interview

Comment êtes-vous devenu entrepreneur social ?

Lorsque j’étais expert en communication et marketing et membre du comité de direction d’une PME familiale, Evolution, je me suis retrouvé en charge de définir et mettre en œuvre l’offre de services du projet Darwin sur Bordeaux. Une vraie mission d’intérêt général ! Dans le cadre de ce projet, j’ai noué des partenariats fructueux et fait de belles rencontres qui m’ont donner envie d’aller plus loin et encouragé à me lancer dans l’aventure de la création d’entreprise. Animé depuis longtemps par l’envie d’entreprendre, il me fallait un projet porteur de sens. Mais le choix de l’aventure entrepreneuriale n’a cependant pas été évident, car il comportait des risques non négligeables, j’ai une famille à nourrir, un loyer à payer… Si je l’ai fait, c’est parce que l’engagement social est plus fort que tout et que j’ai souhaité l’adosser à la création d’une entreprise. Je ne serais jamais parti sur de la conciergerie classique ! La Conciergerie Solidaire était née !

Quelle est votre proposition pour développer l’entrepreneuriat social ?

Partager nos expériences, transmettre, essaimer, apporter du temps et de l’énergie à construire des ponts entre des mondes qui se connaissent très mal. Notre cheval de bataille doit être d’infuser l’entreprise classique pour qu’elle devienne plus sociale. On n’a plus le choix, des partenariats doivent être créés.

Je suis issu de l’entreprise classique et je sais parler son langage, c’est ce qui fait ma force quand je suis en déplacement commercial dans des entreprises pour y parler de solidarité.

Même si les process de décision dans les entreprises et dans les collectivités sont très longs, je suis toujours agréablement surpris de l’accueil très positif du concept que porte la Conciergerie. Cultiver cette fibre de la solidarité auprès des entreprises et des salariés, sortir des gens de la galère : cela me fait penser qu’on est peut-être à l’aube d’une nouvelle ère où la solidarité sera au cœur de l’économie.

La Conciergerie est une SARL, un statut qui n’a pas toujours bonne presse dans l’économie sociale et solidaire, mais j’aime à penser que le statut ne fait pas la vertu. Et le choix de la SARL n’empêche pas une dimension collective, incluant les salariés et plus largement l’ensemble des parties prenantes de l’entreprise. Les associés sont des partenaires plus que des actionnaires chez moi. La philosophie collaborative y est prégnante, l’humain est présent, il y a de l’intelligence et du bon sens. Je peux compter sur mes partenaires quand j’ai besoin d’eux tout en jouissant d’une parfaite autonomie.

Pourquoi avoir adhéré au Mouves ?

J’aime m’investir et à partir du moment où j’ai fait ce pari audacieux d’entreprendre socialement, je pense qu’il est normal que je rejoigne d’autres entrepreneurs sociaux au sein du Mouves…

Faire des propositions, agir en réseau, transmettre et faire bouger les lignes ça correspond bien à ma conception de l’entrepreneuriat social. Je ne crois pas au tout social et au tout écologique mais pas non plus au tout capitaliste.

Il y a un gros travail à fournir pour faire connaître l’entrepreneuriat social et si je dois m’impliquer dans une mission au Mouves, c’est bien celle-là.

2 Commentaires
  1. Durand Isabelle 3 années Il y a

    Bonjour
    Et à Nantes?

  2. Luciani Daniel 3 années Il y a

    Bravo au projet de Sylvain

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Adhérez au Mouves

Contactez-nous

Merci de nous envoyer un message. Nous vous répondrons dans les meilleurs délais.

En cours d’envoi

©2017 Le Mouves | Espace presse | Mentions légales | Contact  | Propulsé par Suite Communication

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?