Portrait de Benjamin Athuil – Care Game

Benjamin a 25 ans et est tout juste diplômé de l’ESSEC, filière entrepreneuriat. Après une mission humanitaire en Bolivie qui lui a permis de « remettre les pendules à l’heure », avoir été président du BDE de son école, puis un stage dans une startup de la Silicon Valley, il rentre en France pour lancer son projet d’entreprise sociale.

Il se tourne vers le monde des start-up sociales où l’agilité et la volonté de servir une cause utile sont au cœur des projets. Benjamin ne souhaitait pas uniquement répondre à un besoin de marché mais également à un besoin social.

Fin 2015, Il rencontre Pierre à l’école d’ingénieur EPITECH qui deviendra son associé, ils créent le Schmilblick qui après plusieurs modèles devient la première application de jeu solidaire qui finance les associations : un CareGame.

Sorti en novembre 2017, le jeu compte 12 associations partenaires et plus de 1000€ leur ont déjà été reversés.  L’application a été téléchargée 50 000 fois et comptabilise 1 500 joueurs par jour en moyenne.

 

  1. Comment êtes-vous devenu entrepreneur sociale ?

En m’informant, en ouvrant les yeux sur le monde, et à travers mes lectures, j’ai eu un déclic ! Plus je creusais les sujets d’actualités, plus j’étais choqué par ce qui se passait dans la société. J’avais envie de mettre mon énergie au service d’une entreprise qui travaille de manière responsable et dont l’activité fait sens pour moi.

J’étais évidemment aussi  attiré par le côté « entrepreneuriat » du projet : c’est toi qui décide où le projet va, je recherchais un challenge, une prise de risque. 

 

  1. Quels obstacles avez- vous surmontés ?

Le premier challenge a été de rendre le jeu visible, c’est notamment grâce au bouche-à-oreilles que le Schmilblick s’est fait connaître.

Le financement du jeu n’a pas été facile car le concept demandait beaucoup de développement en amont sans la garantie que le jeu allait fonctionner.

À ce jour, nous devons faire face à un défi de changement d’échelle pour passer de la phase d’amorçage à celle du développement.

 

  1. Quel est aujourd’hui l’enjeu principal ?

Je souhaite créer une version améliorée du 1er CareGame qu’est le Schmilblick : nous sommes actuellement en train de la concevoir mais cela requiert du temps et des ressources.

Mais surtout, nous embrayons sur notre vision plus large du CareGame. Nous voulons créer un store de téléchargements de jeux mobile qui structurellement reverse une commission aux associations, et rémunère mieux les créateurs de jeux. C’est possible  en prenant une commission 6 fois moins importante que les Stores actuels.  L’ambition est de transformer le secteur plus largement, que d’autre jeux puissent devenir CareGame à leur tour. Ce store utiliserait  également la Blockchain pour amener plus de transparence et de traçabilité dans la gestion du jeu, et notamment des reversements associatifs

Nous cherchons des personnes qui sont motivées sur ces sujets mêlant ces deux univers, mais aussi des investisseurs spécialisés dans la Blockchain. Nous voulons nous positionner comme des acteurs pionniers de la « Blockchain for good ».

 

  1. Trois conseils pour un futur entrepreneur 
  • Bien s’entourer : l’équipe est la valeur source du projet, les proches sont les premiers à investir dans le projet
  • Faire jouer l’écosystème : s’appuyer sur les réseaux d’accompagnement qui permettent de gagner du temps
  • Ne pas hésiter à prendre des risques dès le début : « lance toi, teste vite, même avec le moins de moyen possible et va sur le terrain »

 

  1. Qu’est-ce qui vous fait vibrer au quotidien ?

Le Schmilblick m’apporte de la nouveauté, l’envie de repousser les frontières et de m’investir dans un projet utile. Il y a une forte demande de la part des associations qui ont besoin de ces financements pour pouvoir répondre aux enjeux sociaux et environnementaux.

J’ai la conviction de mettre mon énergie au bon endroit et d’avoir un vrai impact. Le Schmilblick aujourd’hui et surtout demain le CareGame, participe, à sa manière, au changement.

 

  1. Pourquoi est-ce que tu as choisi d’adhérer au Mouves, qu’est-ce que ça t’apporte ?

Le Mouves m’apporte avant tout des rencontres et c’est à ça que sert un réseau selon moi ! Je suis adhérent depuis seulement 6 mois et j’ai déjà fait des rencontres très intéressantes.

J’ai connu le Mouves grâce à l’incubateur Antropia, qui nous a invité à participer àl’Impact Investing Tour, où j’ai eu l’opportunité de croiser des porteurs de projets ayant des situations similaires à la mienne.

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Adhérez au Mouves

Contactez-nous

Merci de nous envoyer un message. Nous vous répondrons dans les meilleurs délais.

En cours d’envoi

©2018 Le Mouves | Espace presse | Mentions légales | Contact  | Propulsé par Suite Communication

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?