Frédéric Bardeau – Simplon, l’empowerment par le numérique

IMG_3029couleurs

[image url=”http://mouves.org/Mouves2015/wp-content/uploads/2013/11/IMG_3030-nb1-133×200.jpg” width=”560″height=”250″ link=”” target=”” border=”true” align=”alignleft” margins=”” alt=”” title=”” lightbox=”image” preload=”false”]

Frédéric Bardeau dirige Simplon, une jeune entreprise de formation au développement web, ouverte et proactive, que nous vous présentons dans ce portrait.

Créée officiellement en Mai 2013, Simplon est une entreprise sociale numérique née dans la tête d’une bande de copains qui ont décidé, par un beau jour de printemps dans un studio parisien situé en face du métro Simplon, de créer une entreprise qui permettrait de « démocratiser le code ». Erwann, Andréi et Victor sont allés chercher Frédéric, leur ancien professeur de communication au Celsa et par ailleurs “serial entrepreneur” pour lui parler de leur projet d’entreprise sociale. Simplon était née autour de l’idée centrale de faire du numérique un levier social.

Le projet est basé sur le concept anglo-saxon d’empowerment : apporter aux gens des compétences pour qu’ils puissent donner vie à leurs projets. Simplon permet en effet à des personnes issues de milieux modestes ou de quartiers populaires de se former au développement web pour trouver un emploi. Le numérique constitue un secteur porteur et en demande de compétences dans lequel les fondateurs de Simplon ont tous, à des degrés divers, baignés de longue date.

Le concept  est le suivant :

>  6 mois de formation intensive pour des personnes qui ont un projet dans l’ESS et l’éducation.

> Un groupe de 28 personnes âgées de 18 à 51 ans aux profils très hétérogènes.

> 14 nationalités différentes, 35 % de femmes (objectif : 50 %)

> Un esprit de solidarité et de partage des connaissances

> Une rémunération pour chaque personne participant à la formation

Simplon synthétise donc en son sein la formation, la création d’activités, l’économie sociale et solidaire, l’emploi et l’innovation sociale. Inspiré par le modèle des « boot camps » américains, Simplon considère que chacun peut développer des compétences web opérationnelles et être pourvoyeur de solutions pour une entreprise.

Former des personnes issues des quartiers populaires à “L’artisanat numérique”

IMG_20130902_101230

Simplon utilise des technologies (comme Ruby) qui ont permis à Twitter, Groupon, Air B’N’B de se lancer. “Potentiellement donc, si quelqu’un avait une idée aussi géniale que l’une de ces entreprises il ou elle pourrait réaliser la même chose !”

“Les personnes que nous formons ne sont pas des ingénieurs mais des personnes motivées par le web, ou en reconversion vers les métiers du numérique, qui vont être rapidement opérationnelles pour apporter un service concret et efficace : prototypes, applications, sites web, etc,” nous explique Frédéric Bardeau. Les personnes en formation intensive chez Simplon réalisent déjà des prestations pour des agences de communication, qui ont bien compris toute la valeur technique et créative de ces nouveaux développeurs du web.

Si Simplon a pu voir le jour c’est grâce à la mise en commun de fonds propres de chacun des fondateurs, à de la « love money », et à une campagne de crowdfunding sur ulule.  Son développement se fait aussi grâce au soutien d’Orange (et son programme sur la diversité et les femmes en entreprise), de Microsoft, de SAP et enfin via le soutien financier de la Région Ile de France. Une diversification des ressources nécessaire selon Frédéric car garante de son indépendance entrepreneuriale.

A noter que Simplon a remporté le prix « coup de cœur » du concours Samsung Launching people, ce qui apporte aux fondateurs de cette entreprise sociale un mentoring précieux pour avancer dans leur aventure.

Stimulés par la réussite  fulgurante de leur modèle ces entrepreneurs sociaux n’ont  pas l’intention de s’arrêter là et souhaitent à terme essaimer leur modèle et dupliquer Simplon ailleurs en France et à l’étranger. Avec une obsession : créer toujours plus d’emplois pour toutes et tous dans un secteur d’avenir.

L’interview

Frédéric, comment êtes-vous  devenu entrepreneur social ?

[image url=”http://mouves.org/Mouves2015/wp-content/uploads/2013/11/IMG_3029couleurs-300×200.jpg” width=”560″ height=”250″ link=”” target=”” border=”true” align=”alignleft” margins=”” alt=”” title=”” lightbox=”image” preload=”false”]

Après des études en sciences politiques et intelligence économique (à Sciences Po Paris et Saint-Cyr) j’ai très vite eu l’envie de créer mon entreprise. Mais j’avais envie de le faire pour quelque chose auquel je croyais. C’est ainsi que je me suis lancé dans la création de Limite, une agence de communication responsable au sein de laquelle je travaillais principalement pour des associations, fondations et ONG. En parallèle de mon métier de communicant, j’interviens comme professeur au Celsa et me confronte en permanence à un nouveau regard, de nouvelles manières de penser et d’appréhender le monde. La communication étant multiforme, je me suis intéressé à ce qui touchait à la cyberculture, aux réseaux sociaux et à ses nombreux usages. Savoir utiliser les outils numériques et les mettre au service d’une cause qui fait sens pour moi m’a paru naturel. J’ai récemment intégré le Mouves et suis ravi de faire partie de cette communauté d’entrepreneurs sociaux, riche de sa diversité. Alors quand Erwann, Andréi et Victor sont venus me voir et m’ont expliqué le principe de Simplon, j’ai tout de suite adhéré ! J’ai donc quitté mon agence pour intégrer l’aventure Simplon et continuer, d’une autre façon, à créer du sens.

 

Des conseils pour les entrepreneurs sociaux ?  

Contactez tout le monde et tout de suite. Pourquoi attendre alors que avez besoin de partager votre projet avec de nombreux interlocuteurs ?

Confrontez-vous à la réalité, échangez avec des entrepreneurs chevronnés, cela permet de gagner en efficacité.

Réfléchissez à toutes les personnes que vous connaissez autour de vous, contactez-les et acceptez de rencontrer aussi celles que vous ne connaissez pas.

Soyez conscient qu’être entrepreneur social c’est un métier d’athlète de haut niveau.

 

3 bonnes pratiques

Nous avons réalisé une campagne de crowdfunding sur ulule, cela a été une fantastique aventure qui nous a permis d’agréger toute une communauté autour de Simplon. Cette campagne nous a aussi servi en termes de communication externe.

L’innovation frugale ou Jugaad est une pratique qui consiste à se débrouiller avec ce que l’on a  pour créer : ressources humaines, financières, intellectuelles, matérielles et immatérielles. « Qui peut le moins, peut le plus ».C’est ce que nous faisons à Simplon, cela constitue un bon exercice mental qui peut déboucher sur du concret.

Le « meet-up » de Simplon est un outil en ligne que nous avons développé afin de faciliter la connexion de nos communautés. Il permet à chacun de se retrouver afin d’échanger sur ses pratiques sur une plateforme en ligne.

logo_simplonco_rect_coul_blanc400px_png_640x860_q85

Retrouvez tout l’univers de Simplon sur leur site Internet http://simplon.co/

 

1 Commentaire
  1. jean-guy JAIS 3 années Il y a

    formidable

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Contactez-nous

Merci de nous envoyer un message. Nous vous répondrons dans les meilleurs délais.

En cours d’envoi

©2017 Le Mouves | Espace presse | Mentions légales | Contact  | Propulsé par Suite Communication

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?