Familles Solidaires – Jean Ruch : « Notre ambition : créer du logement extraordinaire en milieu ordinaire »

Familles Solidaires est une société en commandite par actions (SCA) fondée, en 2012, par Jean Ruch, qui a pour vocation la création de logements accompagnés pour des publics vulnérables (personnes handicapées et/ou personnes âgées). Son activité vise à collecter l’épargne solidaire de particuliers, d’associations ou d’entreprises, pour acheter, rénover et construire des logements adaptés aux besoins de publics spécifiques.

Aujourd’hui, Familles Solidaires compte trois salariés et accompagne quatre projets immobiliers à Nancy (54), Schleithal (67), Riedisheim (68) et Marseille (13).

L’interview de Jean Ruch

Comment êtes-vous devenu entrepreneur social ?

Monteur de profession, j’ai d’abord exercé dans l’audio-visuel, avant de travailler durant 10 ans au Conseil de l’Europe à Strasbourg. C’est suite à un drame personnel que je me suis intéressé à la question du handicap. Ma femme a été victime d’un accident de la route avec un grave traumatisme crânien, depuis, elle souffre d’un handicap invisible ; un manque d’orientation dans le temps et dans l’espace, la mémoire qui flanche. De fait, je me suis investi au sein d’une association qui vient en aide aux personnes traumatisée crâniennes. De fil en aiguille, l’idée est venue de créer des logements pour des personnes vulnérables grâce à l’épargne solidaire. Nous avons alors créé la Foncière Famille Solidaire pour déployer plusieurs projets d’habitats en France, basés sur des modèles originaux et mixtes (colocation, habitat regroupé, coopératives d’habitants) tout en répondant au besoin d’accompagnement inhérent aux personnes vulnérables. Notre ambition : créer du logement extraordinaire en milieu ordinaire.

Comment s’organise ce type de projet immobilier ?

Le premier projet de Familles Solidaires a ouvert en décembre 2015 et prend place au sein de l’éco quartier Cronenbourg à Strasbourg. Il a été intégralement pensé par ses futurs propriétaires en termes d’accessibilité des personnes à mobilité  réduites, de créations d’espaces collectifs, d’intégration des auxiliaires de vie, etc. La bienveillance de l’ensemble de ces personnes et leur implication dès le début du projet a renforcé le lien social des habitants de l’immeuble. Ils ont pris l’habitude de se retrouver régulièrement autour d’une partie de jeux de société ou simplement d’un café. Cette forme d’organisation de l’habitat permet la création d’une troisième voie, entre le domicile individuel ou parental et l’institution où les places demeurent rares.

Quel est l’enjeu de Familles Solidaires ?

L’enjeu de Familles Solidaires est d’arriver à se faire connaitre d’avantage car notre objectif est de convaincre les particuliers d’investir leur argent dans l’épargne solidaire plutôt que sur un livret A. Il faut gagner leur confiance et les sensibiliser à l’urgence de trouver des solutions pour relever les défis de demain comme le vieillissement de la population. Nous avons obtenu en Février dernier, un visa de l’autorité des marchés financiers pour une offre publique de titres financiers de deux millions d’euros ; notre enjeu aujourd’hui est de collecter cette somme afin de financer nos projets immobiliers.

Un conseil pour un futur entrepreneur social ?

Je me suis beaucoup inspiré des autres modèles pour trouver le mien, je crois plus utile de travailler dans la coopération que dans la concurrence. Je pense également qu’il faut savoir bien s’entourer des bonnes personnes au départ pour bénéficier des compétences des uns et des autres ; puis modeler et construire son projet à partir ce noyau dur.

Pourquoi avez-vous adhéré au Mouves ?

Je suis adhérent au Mouves car je crois dur comme fer à l’échange entre entrepreneurs. Je pense qu’on ne peut pas construire un modèle entrepreneurial sans tenir compte de l’avis de ceux qui l’ont déjà éprouvé. La coopération avec des personnes bienveillantes est indispensable.

Si vous le désirez, vous pouvez soutenir le projet Familles Solidaires en souscrivant au capital social de l’entreprise et ainsi contribuer au développement d’une innovation sociale d’envergure.

Vous ne recevrez pas de dividendes car l’ensemble de bénéfice est investie dans les projets immobiliers, en revanche vous bénéficierez d’une réduction fiscale de 18 % d’impôt sur le capital investi.  Souscrivez ici  !

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Adhérez au Mouves

Contactez-nous

Merci de nous envoyer un message. Nous vous répondrons dans les meilleurs délais.

En cours d’envoi

©2017 Le Mouves | Espace presse | Mentions légales | Contact  | Propulsé par Suite Communication

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?