Sophie Lawson, Mam’Ayoka _ LeadHer 2018

Sophie est marraine du programme LeadHer 2018

Avant de créer Mam’Ayoka, Sophie travaillait chez Orange en communication et en développement durable, elle était donc bien loin du secteur de la restauration et de l’insertion.

L’envie de se lancer dans un projet utile socialement la pousse à réunir un collectif d’amis et de voisins sensibles à la question.

Une coopérative est créée et 4 personnes sont recrutées pour l’installation du restaurant en février 2016 dans le 19ème arrondissement. C’est de là que Mam’Ayoka est né il y a plus de 2 ans. Le format d’une coopérative avec gérance révocable allait parfaitement avec la philosophie de Sophie. Sa motivation réside dans l’envie de faire quelque chose pour les autres et de créer un projet collectif.

Aujourd’hui, le restaurant fait vivre 11 salariés qui, pour certains, ont appris sur le tas à parler français et se sont formés sur le terrain au métier de cuisinier.

  • Comment te définirais-tu en 3 mots ?
    • Empathie
    • Multiculturel
    • Mère de famille
  • Quelle expérience considères-tu la plus marquante dans ta vie professionnelle à ce jour ?

Mam’Ayoka m’a demandé une reconfiguration personnelle, j’ai dû mettre en place des modes de fonctionnement différents. C’est l’expérience professionnelle la plus marquante de ma vie.

C’est le résultat d’un accompagnement d’un an par la couveuse Epicea et d’un réseau d’entraide fort par la coopérative qui a permis l’accès à des compétences clés que je n’avais pas en moi.

  • Qu’est-ce qui te fait vibrer dans ton travail ?

Ce sont les autres qui me motivent. J’ai envie de trouver des solutions pour aller plus loin, je suis souvent dans la projection et je réfléchis à comment changer d’échelle pour développer d’autres structures comme Mam’Ayoka.

  • Comment vois-tu l’impact des femmes évoluer sur le monde professionnel ces dernières années ?

Ce qui fait la différence selon moi c’est principalement le niveau d’éducation. Lorsque l’on vient de milieux où l’on a eu accès à un certain niveau de compétences, les femmes sont aussi bien reconnues que les hommes, même si bien sûr elles font beaucoup plus de concessions et demandent souvent moins en terme de rétributions.

Lorsque l’on parle d’un milieu de femmes qui ont un niveau d’éducation minimal, souvent analphabètes et ne maîtrisant pas ou peu le français, les inégalités s’agrandissent. Elles sont coupées du monde du travail !

Je pense qu’il faut prendre en considération la question sociale et pas uniquement celle des femmes, c’est une problématique à deux niveaux. S’ajoute à cela, le racisme et les clichés qui réduisent grandement les opportunités qui se présentent à elles.

  • Selon toi, quels sont les leviers pour pousser l’entrepreneuriat social féminin à ce jour ?

Typiquement ce que vous faites au Mouves : accompagner les femmes entrepreneures qui se lancent avec du mentorat et favoriser les réseaux de paires.

Il faut également faciliter l’accès à la formation. Au-delà des freins psychologiques et sociaux, les femmes subissent des freins institutionnels car le plus souvent elles ne rentrent plus dans les critères d’accessibilité à la formation (contrat de professionnalisation, moins de 26 ans…).

  • Pourquoi avoir eu envie de rejoindre le programme LeadHer ?

J’aime beaucoup échanger. Je trouve que c’est enrichissant de faire bénéficier de mon expérience à d’autres. J’ai moi-même beaucoup reçu, cela me semble assez naturel de redonner à mon tour.

Ma philosophie de vie c’est ça : on reçoit et on donne !

  • Qu’est-ce que tu penses/souhaites retirer de cette expérience de mentore ?

Je souhaite vivre de belles rencontres et ouvrir un peu plus grand ma fenêtre sur le monde.

  • Si tu avais un conseil à donner à un/une futur(e) entrepreneur(e), ce serait quoi ?
    • Etre en phase avec le sens de son projet, savoir pourquoi on le fait,
    • Bien se connaître et savoir pourquoi on s’est lancée dans son projet : la création d’entreprise c’est éprouvant et dans les moments de doutes et de difficultés, il faut que le sens reste évident.
0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Adhérez au Mouves

Contactez-nous

Merci de nous envoyer un message. Nous vous répondrons dans les meilleurs délais.

En cours d’envoi

©2018 Le Mouves | Espace presse | Mentions légales | Contact  | Propulsé par Suite Communication

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?