Retour sur… La présentation du #FrenchImpact à Lyon

Le 22 février dernier, le Tuba accueillait le Mouves Aura et LyESS pour présenter au public l’initiative du #FrenchImpact. Voici un compte rendu des échanges !

 

NB : toutes les réponses aux questions reflètent l’état des réflexions à ce stade. Les travaux de mises en œuvre sont en cours et les orientations devront être confirmés.

Présentation du #FrenchImpact par Thibaut Guilluy en présence de Caroline Neyron, déléguée générale du MOUVES et Pauline Neuilly, coordinatrice du MOUVES en Rhône-Alpes.

Différence entre bannière et label ?

  • Bannière : la bannière #FrenchImpact regroupe les membres de la communauté autogérée de #FrenchImpact. C’est tout porteur de projet qui considère que le projet sert l’intérêt général, qu’il s’inscrit dans une logique de gouvernance partagée / partage équitable de la valeur et aussi d’ouverture (open innovation, open data et open source).
  • Label  : la labélisation sera réservée aux structure / acteurs qui soutiennent les porteurs de projet. Ces partenaires labélisés au sens large (réseaux d’accompagnement, financeurs, évaluateurs) composent l’écosystème sur qui le #FrenchImpact va s’appuyer dans les territoires. Ils auront le rôle d’identifier, prescrire, accompagner, etc…

 

Animation des communautés dans les territoires ?

Le #FrenchImpact, a la volonté de proposer une « démarche outillée » pour constituer des  communautés dans les territoires s’il n’en existent pas. Dans les territoires où des communautés existent, ou bien des groupes d’acteurs engagés, ceux-ci pourront se rde la responsabilité d’animation de l’intelligence collective.

L’objectif est d’identifier comment partager les bonnes pratiques entre les territoires.

Un groupe de travail est en cours sur l’animation dans les territoires.

 

Rôle de Hackers-publics ?

Parfois, certaines démarches pour apporter une solution à une question mal adressée. L’administration a le rôle et la responsabilité de faire respecter les politiques publiques. Pour cela, les réponses qui ne rentrent pas totalement dans les « cases », peuvent ressentir des blocages, des difficultés dans la mise en œuvre. Les hackers publics doivent servir à débloquer cela.

Une des inspirations pour définir le rôle des Hackers-publics, est celui des commissaires au redressement productif. La mise en œuvre des Hackers-publics va être testée dans une logique d’apprentissage de test & learn.

Le niveau de nomination / délégation des Hackers-Publics devra être assez élevé afin de réussir à véritablement aider les innovations sociales à changer d’échelle.

 

Entrée sectorielle ?

  • Les défis sociétaux, ie. les grands enjeux sont très larges (inclusion, éducation, transition écologie, accompagnement intergénérationnelle, cohésion des territoires y compris ruralité).

 

Le milliard – qui, comment, pourquoi ?

  • Certains Ministères sont d’ores et déjà embarqués (travail, éducation, numérique, sport, etc…). Des fonds d’expérimentation avec
  • En plus de cela, les entreprises sont mobilisées dans le #FrenchImapct y compris au-delà de mise à disposition de fonds privés.

 

Comment va se dérouler l’évaluation de l’impact ?

Globalement, l’écosystème doit favoriser la montée en compétences culturelle et technique des acteurs pour mieux évaluer l’impact des projets.

#FrenchImpact pourra soutenir des programmes de recherche. Via la plateforme digitale #FrenchImpact, un partage des pratiques d’évaluation et aussi des outils d’autoévaluation pourront être disponibles afin d’acculturer tous les acteurs engagés à cette logique (logique open source).

Pour les projets qui seront accompagnés par les partenaires labélisés dans les territoires, des moyens techniques et financiers sur l’évaluation seront mis en place afin de les aider dans leur évaluation d’impact.

En complément l’accès à la donnée publique va être travaillée afin d’améliorer les pratiques impacts (chantier long terme en cours avec Etalab notamment).

La sortie « par le haut », pour inspirer les politiques publiques est en cours de réflexion avec les ministères impliqués dans la création de fonds d’expérimentation.


Discussions spécifiques sur les actions relatives à la Métropole de Lyon avec Léna Geitner co- fondatrice de Ronalpia et Pauline Neuilly, coordinatrice du Mouves Auvergne-Rhônes-Alpes.

Un groupe de travail s’est monté en Juillet 2017 pour travailler à l’émergence d’un accélérateur d’innovation sociale de territoire de la métropole de Lyon, constitué de quelques acteurs dont : la CRESS Auvergne Rhône-Alpes, Rhône Développement Initative, le CentSept, Locaux Motiv, Alter Incub Rhône-Alpes, l’URSCOP, Handishare, la Caisse d’Epargne Rhône-Alpes, le Mouves et Ronalpia. Ce groupe de travail à vocation à être élargi dans les prochaines semaines.

Les axes de travail pour construire une feuille de route pour la mise en œuvre du #FrenchImpact sur le territoire sont les suivants :

  • Financement des projets d’innovation sociale via un fonds dédié
  • Promotion et acculturation du territoire à l’innovation sociale.
  • Facilitation du lien entre les directions / départements de la Métropole et les acteurs engagés en faveur de l’innovation sociale.
  • Une fabrique à solutions pour accompagner les projets à fort potentiel d’impact métropolitain
  • Déclinaison de « Start-up des territoires » à l’échelle de la Métropole de Lyon afin d’embarquer davantage les citoyens. Rdv le 29 mars pour l’évènement « Start-up de territoires » à Valence.

Discussions spécifiques sur le contexte plus global autour du #FrenchImpact : Pacte de croissance pour l’ESS avec Caroline Neyron.

#FrenchImpact s’inscrit dans une dynamique plus large portée par le gouvernement avec notamment les réflexions autour des entreprises à mission et un Pacte de croissance pour l’ESS.

Entreprises à mission : réflexion pour ajouter la notion « mission à impact social et environnementale » au-delà de la recherche du profit (définition légale à ce jour).

Pacte de croissance pour l’ESS : série de mesures spécifiques pour accompagner la croissance des entreprises de l’ESS.

  • Accélérer la création d’entreprise sociale (ex : baisse de cotisations sociales les premières années, la possibilité d’ouvrir l’accès au mécénat de compétences).
  • Accélérer le changement d’échelle des entreprises sociales existantes qui souhaitent s’engager dans cette voie du changement d’echelle (ex : finance solidaire d’investissement sur le long terme ; critères spécifiques pour l’accès des entreprises de l’ESS à des marchés publics ou privés).
0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Adhérez au Mouves

Contactez-nous

Merci de nous envoyer un message. Nous vous répondrons dans les meilleurs délais.

En cours d’envoi

©2018 Le Mouves | Espace presse | Mentions légales | Contact  | Propulsé par Suite Communication

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?