Alex Barnier – BrailleNet – le numérique pour favoriser l’inclusion des personnes en situation de handicap

BrailleNet est une association née en 1998 pour porter l’idée que le numérique peut être un levier important pour favoriser l’inclusion sociale, scolaire, professionnelle et culturelle des personnes handicapées dans la société. L’association regroupe des personnes morales : des centres de recherche (comme Inria), des universités, des industriels et d’autres associations. La particularité de l’association est de lier fortement ses services à une activité de recherche et développement qui lui permet de rester innovante. BrailleNet se divise en deux types d’activité :

AccessiWeb  propose des formations à l’accessibilité du Web et des applications mobiles, des prestations d’audit, de conseil et d’assistance pour mettre en œuvre l’accessibilité numérique dans tout type de projets ainsi que la labellisation de sites Web accessibles.

La Bibliothèque Numérique Francophone Accessible est un service de téléchargement de livres numériques destinés aux aveugles et malvoyants (et bientôt à toute personne qui ne peut pas lire un livre “ordinaire” à cause d’un handicap). La BNFA permet également à des organisations qui adaptent des livres de mutualiser leurs travaux, afin de réduire la pénurie d’ouvrages accessibles aux personnes déficientes visuelles.

L’interview d’Alex Barnier, Directeur de BrailleNet

Vous venez de remporter 50 000 € via le Concours de La Fabrique Aviva dont le Mouves est partenaire. Comment cette somme va vous permettre de changer d’échelle ?

La BNFA est aujourd’hui la première bibliothèque numérique qui propose des ressources adaptées aux aveugles et malvoyants, avec plus de 33.000 livres disponibles au catalogue. La somme remportée via le concours de la Fabrique Aviva va permettre de financer des travaux de développement ainsi que du matériel. Nous souhaitons en effet finaliser le développement d’une application de lecture accessible sur les mobiles (téléphones et tablettes) et proposer de nouvelles fonctionnalités permettant aux utilisateurs de la bibliothèque de personnaliser les livres qu’ils téléchargent.

Notre objectif est de changer d’échelle en créant de nouveaux usages, ce qui accroîtra le nombre d’utilisateurs de la bibliothèque. Par ailleurs, nous souhaitons également réduire de manière drastique la pénurie de lecture qui touche les personnes déficientes visuelles : aujourd’hui, seulement 8 % des livres disponibles en librairie existent dans une version accessible à ce public. Des travaux de R&D sont donc nécessaires pour augmenter l’efficacité des outils qui permettent de produire des livres adaptés et pour rendre plus collaboratives les activités d’adaptation réalisées par les différents acteurs du domaine.

Sur les 1000 projets proposés lors du concours, BrailleNet fait partie des 4 grands gagnants, qu’est-ce qui, selon vous, a fait la différence ?

Pour la phase de vote, nous avons su mobiliser dans notre réseau et au-delà, ce qui nous a permis de terminer bien classé. Ensuite, pour la sélection par le jury, je pense que la BNFA s’est distinguée de différentes manières : le caractère concret du projet qui répond à un besoin bien identifié (il s’agit de fournir des livres adaptés aux aveugles et malvoyants), son côté fédérateur (la BNFA est un projet collaboratif qui implique d’autres associations) et le fait que le service soit déjà solide avec près de 3 500 utilisateurs inscrits.

Comment êtes-vous devenu entrepreneur social ?

Ingénieur en informatique, j’ai tout d’abord eu l’occasion de mettre mes compétences techniques au service de l’amélioration des conditions d’accès aux livres et à la lecture, un sujet qui m’est cher depuis longtemps. Rapidement, j’ai participé aux autres activités de l’association : R&D, accessibilité du Web, et aujourd’hui, accessibilité pour les mobiles, une activité en développement.

L’important pour moi est de mettre des compétences au service de valeurs fondamentales, en particulier l’égalité entre les personnes handicapées et valides : par exemple l’égalité dans l’accès à l’éducation et à l’emploi, dans la participation citoyenne, dans l’accès à la culture…

Quel conseil donneriez-vous à un futur entrepreneur social ?

Sûrement un conseil : être polyvalent. Se former à des disciplines variées, pour acquérir une vision globale de l’environnement dans lequel on évolue.

Pourquoi avoir adhéré au Mouves ?

Rejoindre le Mouves permet de rencontrer d’autres personnes qui portent des projets d’intérêt général, rencontres variées qui peuvent donner lieu à de nouvelles possibilités de coopération.

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Adhérez au Mouves

Contactez-nous

Merci de nous envoyer un message. Nous vous répondrons dans les meilleurs délais.

En cours d’envoi

©2017 Le Mouves | Espace presse | Mentions légales | Contact  | Propulsé par Suite Communication

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?