Retour sur le débat des municipales de Paris au Ground Control

Municipales 2020 Paris

Vendredi 28 février les candidats pour la mairie de Paris ont débattu au Ground Control

Comment faire de Paris la capitale de l’économie à Impact Social et Environnemental ?

 

 

Les entrepreneurs à impact social et écologique font de la transition écologique et solidaire la priorité de la ville de demain. Engager chaque ville dans ce sens, c’est lui donner un rôle moteur pour répondre aux impératifs de l’urgence climatique et sociale tout en proposant des solutions concrètes aux enjeux quotidiens de tous les citoyens.

C’est pour cela que 7 réseaux d’entreprises engagés (CJD, ASHOKA, Ticket for Change , Makesense, B Corp, Tech For Good France) autour du Mouvement des entrepreneurs sociaux proposent aux futurs Maires d’encourager le développement des entreprises à impact mais surtout d’accélérer la transition sociale et écologique de toutes les entreprises de leur territoire !

 

Jonathan Jérémiasz, président du MOUVES, Jean Moreau, co-fondateur de Phenix et co-président de Tech for Good, Eva Sadoun co-fondatrice de LITA.co et co-présidente de Tech for Good et Louise Fourquet, déléguée générale de Baluchon ont présenté les 10 propositions des entrepreneurs sociaux du MOUVES à destination des candidats aux municipales 2020.

 

 

 

Devant 250 entrepreneurs engagés, les candidats ont chacun pu réagir à ces propositions et confirmer ou pas leurs engagements : 

 

Pour David Belliard, candidat EELV,  la priorité est de changer la politique publique, pour que chaque euro soit dépensé en répondant aux enjeux écologiques et sociaux. “Je crois que avons besoin d’un changement complet de paradigme de notre économie. L’ESS doit devenir la norme, c’est notre philosophie chez les écologistes.

Avec le budget de la mairie de Paris d’1,3 milliards d’euros, il souhaite renforcer les stratégies d’achat durable, revoir l’attribution des places en pépinières d’entreprises ou dans les concessions. Plus globalement, il a pour ambition de faire de Paris LA ville à impact positif. Il souhaite aussi aider à la pérennisation d’un certains nombre de business model de l’ESS et passer à l’échelle pour certaines entreprises. Enfin, il s’est engagé à la mise en place du Social et Environnemental Business Act, avec 100 % des marchés publics accessibles aux entreprises de l’ESS, et une évaluation permanente des décisions prises en intégrant les acteurs économiques à impact dans celles-ci.

 

Pour la représentante d’Agnès Buzyn, Sandrine Mazetier (Candidate Paris 12e) “La ville inclusive que nous défendons s’appuie beaucoup l’accueil des acteurs de l’utilité sociale.” Elle propose un appui au développement immobilier pour proposer davantage de locaux aux acteurs de proximité qui ont souvent un impact plus fort face à l’isolement des personnes dans les grandes villes. Ses propositions concrètes :

  • Des baux progressifs pour les projets d’utilité sociale ; 
  • Un fond de dotations pour accompagner ces projets à différents stades de développement ;
  • le respect des clauses environnementales et sociales des marchés publics par les entreprises choisies

Concernant les mesures sur la transition écologique, une plateforme permettra de trouver rapidement l’information pour accompagner les parisiennes et parisiens dans leur transition écologique, même s’ “il serait bien de s’inspirer de générations qui consommaient d’une façon plus raisonnable que celles d’aujourd’hui, qui se font livrer des repas à domicile”.

 

Le représentant de Rachida Dati, Antoine Veron (candidat Paris Centre), a principalement proposé la création d’une Station E (comme Environnemental) sur le modèle de la Station F pour incuber et héberger les projets à impact environnemental.

Sur l’attribution des marchés publics, il reconnaît que les petits acteurs sont souvent plus performants que les grands groupes, il apprécie à ce titre l’idée d’un Small Business Environmental Act. Il rappelle cependant que la RSE se développe partout, dans toutes les entreprises, même si l’écosystème à impact en est le fer de lance. Enfin, il mise également sur la formation des personnels municipaux qui sont les premiers ambassadeurs de la vision d’une mairie.

 

Le représentant d’Anne Hidalgo, Emmanuel Grégoire (Porte-Parole d’Anne Hidalgo), a défendu le Bilan sur lequel se base les propositions faites par la liste Paris en commun aujourd’hui : la création de la maison des canaux, la mise en place des Grands Voisins, l’hôtel d’entreprises sociales LUTESS. En écho aux propositions faites par les entreprises à Impact, Il souligne aussi que toutes les commandes publiques de son mandat favorisent le respect des critères sociaux et environnementaux et la mise en place de l’innovant Paris Fond Vert doté de plus de 100 millions d’euros.

Il propose de créer des indicateurs de mesure d’empreinte sociale et environnementale des achats publics pour accélérer la transition sociale et écologique des entreprises, et la création d’une marque pour valoriser leur Impact dans la lignée du label déjà mis en place “Produit à Paris”. Il s’engage aussi dans la création de défis collectifs pour engager les citoyens dans la transition et pour que 100 % des marchés publics bénéficient de clauses sociales et environnementales et privilégient les structures de l’ESS, au maximum de ce que permettent les directives européennes.

 

Enfin Rayan Nezzar, représentant de Cédric Villani propose : 

  • de simplifier la vie des entrepreneurs avec des lieux municipaux avec guichet unique, conseils juridiques, et financements.
  • d’accélérer le développement des entreprises à Impact avec des marchés publics accessibles à tous les types de structures.
  • de rendre accessibles plus largement des données clefs pour stimuler l’innovation sociale et environnementale.
  • de créer une fabrique civique pour réunir les scientifiques, élus, personnels administratifs et citoyens autour du fonctionnement de la ville.
  • de mettre en place des défis citoyens et entrepreneuriaux comme le GreenTech challenges par arrondissement, sur des thématiques différentes chaque année liées aux enjeux sociaux et environnementaux.

Pour lui, la vision de la “Science au service de l’humanité” sera la ligne directrice de la liste. Il propose enfin de favoriser la formation pour l’insertion et l’emploi ou réemploi chez les chômeurs de longue durée et les jeunes en réinsertion.

 

Pour résumer, la position de chaque liste, Jonathan Jérémiasz repose deux questions fermées : êtes-vous d’accord avec nos 10 propositions et prêts à ce que 100 % des marchés publics contiennent des éléments sociaux et écologiques ? 

Les représentants de David Belliard et Cédric Villani ont exprimé un véritable “oui”. Une réponse plus nuancée pour le représentant de Rachida Dati qui ne veut pas de fonds municipal d’investissement mais propose de travailler sur une concertation. Pour la représentante d’Agnès Buzyn ce sera ni oui, ni non ou plutôt “oui et non”, selon elle il suffit  de faire respecter les clauses environnementales et sociales des marchés publics par les entreprises sélectionnées. Et enfin concernant le représentant d’Anne Hidalgo, il a exprimé un “oui” avec enrichissement par les projets déjà lancés.

 

Avant de passer aux votes du public, deux dernières questions ont été posées par Eva Sadoun : 

  • Qu’est-ce que les têtes de liste avaient de mieux à faire à 14h ? 
  • Qu’est-ce qui pour elles est plus prioritaire que la transition ? 

https://twitter.com/Mouves_ES/status/1233403231247720449

 

Les réponses des représentant.e.s : 

“Franchement je n’en ai aucune idée” a avoué Sandrine Mazetier, Rachida Dati gère une situation d’urgence dans le 7e arrondissement où la chute d’un arbre sur la chaussée a entraîné la mort d’un automobiliste”, “Anne Hidalgo est avec le Préfet au sujet du coronavirus”, “Cédric Villani visite actuellement un terrain qui sera dédié au compostage”. 

 

Le public a ensuite été invité à voter de façon anonyme via l’application Klaxoon. Et voici les résultats :

David Belliard est arrivé en tête avec 46 % des voix, suivi par Cédric Villani avec 27 %, puis Anne Hidalgo avec 23 %, enfin Rachida Dati et Agnès Buzyn ont obtenu ex aequo 2 %

 

 

Nous vous donnons rendez-vous le 15 mars dans les bureaux de votes.

 

Article co-écrit par Claire Lissajoux – Resp. communication et marketing et Antoine Pourcel Chargé communication et évènementiel

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

©2020 Le Mouves | Mentions légales | Contact  | Propulsé par Suite Communication

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?