Cyprien Lefebvre – Weeefund : portrait adhérent

  • Quel est votre parcours général avant d’avoir créé WeeeFund ?

Je suis de base ingénieur en mécanique mais je me suis vite rendu compte que ce n’était pas un domaine qui me correspondait. Je me suis alors réorienté vers des études en entrepreneuriat social et dans le domaine du bâtiment durable. Là-bas j’ai rencontré Théo Fayolle qui avait pour projet de travailler sur le réemploi et la revalorisation des ordinateurs. Je l’ai rejoint sur ce projet pour le monter avec lui.

  • Comment a démarré ce projet ?

Il faut savoir que environ 3 millions de PC sont détruits par an alors qu’ils fonctionnent encore. Les entreprises ont l’obligation de faire recycler leurs vieux ordinateurs, mais la filière du recyclage est plus réputée que celle du réemploi, donc les ordinateurs sont complètement détruits (cela permet aussi de garantir leur fin de vie ultime dans le pays et pas ailleurs).

On a travaillé sur ce projet depuis mai 2017 : on a commencé par aller à Shanghai lors de notre stage de fin d’étude, où on a récupéré quelques ordinateurs dans une entreprise et on les a installés dans une école.

Théo n’a finalement pas continué sur ce projet et je l’ai continué seul en m’aidant d’un incubateur. En mars 2018, j’ai obtenu un premier accord de principe avec une entreprise qui a accepté de nous donner ses ordinateurs usagés et un don financier pour qu’on accompagne une école. En septembre 2018 on a donc inauguré la première salle informatique installée par WeeeFund. Depuis, WeeeFund a équipé 7 structures, reconditionné 250 PC, et donné une éducation numérique à 500 élèves.

  • Comment faites-vous pour revaloriser les ordinateurs ?

Les ordinateurs qu’on récupère fonctionnent encore : on a juste à enlever l’ancien disque dur (HDD) et à le remplacer par un plus récent (SSD). Ensuite on installe un logiciel adéquat, on le nettoie entièrement, on le teste et l’ordinateur est prêt à être réutilisé. C’est très rare qu’il ait besoin d’une réparation matérielle.

  • Comment fonctionne alors WeeeFund économiquement ?

Nous avons des contrats avec plusieurs entreprises pour récupérer tout le matériel qu’elles avaient l’intention de jeter. En plus de ça, nous sommes partenaires avec 4 entreprises avec lesquelles nous développons des projets (WeeeTeach, WeeeGive) : celles-ci nous financent (sous forme de dons) et nous donnent du matériel informatique.

Mais on ne dépend pas uniquement des contrats d’entreprise : on a également développé un volet vente de prestations. On propose aux entreprises qui souhaitent nous donner des ordinateurs mais ne pas faire de don financier de leur facturer une prestation de collecte et d’effacement sécurisé de leurs données (WeeeCollect). Ça nous permet de récupérer des ordinateurs que l’on peut ensuite revendre aux particuliers et associations (WeeeSell).

On est aussi en train de développer un autre programme sous le nom de « WeeeJob » pour 120 demandeurs d’emploi en situation de fracture numérique : on donnera à chaque personne un ordinateur portable qu’il reconditionnera lui-même en début de formation, puis la personne fera un total de 60h de formation avant de repartir avec l’ordinateur et un ticket de maintenance valable 3 ans. Cela a pour but que les personnes soient autonomes en numérique en ayant des connaissances de bases en informatique. C’est aussi une formation pour leur permettre d’accéder à l’emploi via le numérique. Ce programme sera financé par des subventions.

Pour l’instant, la structure fonctionne bien, je suis salarié depuis Novembre 2019, et on a salarié Enzo et Alissa en Décembre 2019 et Janvier 2020. Nos principales activités sont d’équiper les écoles et associations, faire des formations, faire de la maintenance et développer de nouveaux projets.

  • Et en ce moment, en tant de confinement, comment ça se passe pour WeeeFund ?

Premièrement, nous sommes bien sûr en télétravail. On s’est d’abord penché sur les conséquences économiques de cette crise pour notre structure : on est embêtés car une bonne partie de notre modèle économique est basée sur nos contrats avec les entreprises, mais les chiffres d’affaires des entreprises chutent, et on s’attend à ce qu’elles n’aient plus assez de budget pour nous.

On continue à vendre nos PC conditionnés pour les associations et les particuliers dans le besoin. Sinon, tout le reste est en pause.

On a aussi eu un accord avec la Ville de Lyon pour équiper 200 familles lyonnaises qui n’ont pas d’ordinateurs, voire pas internet. Pour cela on a récupéré des ordinateurs qui appartiennent à la Ville de Lyon qu’on a reconditionné. On a aussi rajouté l’accès à internet et un tutoriel inclu pour les guider pour ceux qui n’ont pas de box : on a des cartes SIM prépayées + une clef USB 4G à brancher sur l’ordinateur. La ville nous subventionne pour ce programme que l’on a appelé WeeeHome.  C’est une vraie action d’urgence et on est assez fiers d’avoir reconditionné et préparé tout cela en 3 semaines.

Il est vrai qu’on va perdre pas mal de chiffres d’affaires mais ce sera compensé par les subventions. Le confinement ne fait que mettre en lumière le fait que la fracture numérique ne fait qu’accentuer la fracture sociale. Les personnes et familles ont besoin d’être équipées, et on propose plusieurs actions pour cela : le WeeeHome et le WeeeJob. Toutes deux peuvent être financées par des subventions publiques.

  • Qu’avez-vous prévu pour l’ « après-confinement » ?

L’avantage pour nous est qu’on a diversifié nos modèles économiques (mécénats, ventes, subventions). Nos subventions risquent d’augmenter avec WeeeJob et WeeeHome et nos ventes aussi.

Aujourd’hui, je ne me fais pas de soucis pour la santé économique de WeeeFund.

  • Existe-t-il d’autres structures de reconditionnement en France ?

Oui il en existe plusieurs. Il y en a à peu près une grosse par ville, mais l’activité basique est souvent de récupérer les ordinateurs, les reconditionner et les revendre. La différence avec WeeeFund est qu’on construit en plus des programmes complets qui incluent la formation et la maintenance, en partenariat avec des acteurs de l’ESS locaux, spécialisés dans leur domaine.

  • Que vous apporte cette expérience entrepreneuriale ?

Au niveau personnel, l’entrepreneuriat est une expérience très enrichissante qui pousse à se remettre constamment en question sur notre relation à nous-même et aux autres. Ça demande aussi beaucoup d’énergie et d’investissement personnel, mais c’est d’autant plus stimulant.

  • Des conseils d’expert en numérique ?

Arrêtez d’utiliser Zoom ! La sécurité est très mauvaise : il suffit de faire une recherche internet « Zoom + sécurité » pour prendre peur. Il existe des alternatives open-source, sécurisées et très fonctionnelles pour faire des appels en ligne : Framatalk, Jitsi Meet, ou encore BigBlueButton.

Site internet : https://weeefund.fr/

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

©2020 Le Mouves | Mentions légales | Contact  | Propulsé par Suite Communication

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?